Interview de Mathias Durand, programmateur musical de Radio Campus Rennes

Ecrit par Tanguy sur . Publié dans Infos - Actualités


A chaque radio sa couleur musicale !

C’est le boulot du programmateur de créer la playlist correspondant à ligne éditoriale de chaque média radiophonique. Comment savoir à quelle radio adresser son album ? Comment être diffusé plus facilement ? Quelques éléments de réponses avec un programmateur de radio indépendante.


6 questions à Mathias Durand, programmateur musical de Radio Campus Rennes

mathiasdurand

1 # Peux tu nous dire comment tu conçois ton métier de programmateur et quel parcours t’a amené à ce poste ?

Mon métier consiste à établir une « direction artistique » musicale de la radio et concrètement à sélectionner des titres à diffuser à l’antenne – Hors émissions spécialisées, qui sont l’apanage des bénévoles ou mon rôle est plus voué à l’échange et au conseil, à entretenir des liens étroits avec les labels, agences de promotions, artistes, notamment locaux (mais en général la scène émergente nationale) et à mettre en œuvre une politique de mise en avant des multiples titres que nous diffusons à l’Antenne // Et de bien d’autres choses, nous sommes une Radio Associative, les activités sont moins « régulées » que dans une Radio Commerciale.

Ce qui m’a amené à ce poste ? Un intérêt certain pour la musique actuelle, avec en toile de fond, un attrait pour les nouveautés, les nouveaux projets musicaux et la scène locale. Après, on peut dire que ça à été un apprentissage « sur le tas ».

 

2 # Quelles sont les différences de fonctionnement entre les radios indépendantes et les grandes radios nationales ?

Les Grandes Radios Nationales, pour reprendre votre terme, n’ont pas toutes la même politique de programmation. Donc il est difficile d’établir des différences par rapport à telle ou telle. Ce qui est sûr, c’est que nous travaillons quasiment exclusivement la nouveauté – pas d’artistes « gold » chez nous – et les artistes émergents pour une très large part. Nos radios sont des têtes chercheuses (ce qui est une partie de mon job d’ailleurs). L’idée c’est que nombre de projets qui ne trouvent pas ou peu d’écho national se retrouvent souvent chez nous, non pas parce qu’ils sont moins bien, mais parce qu’il faut souvent une certaine avancée dans le projet avant d’intéresser les Grandes Radios Nationales (disque, tournée, label etc.). Par exemple, l’Autoproduction représente de 20 à 30 % des titres que l’on diffuse. D’autre part, je dirais que nous faisons rentrer beaucoup plus de titres en programmation [que les Radios Nationales] et que nous avons la liberté de défendre des titres de 10 minutes, par exemple, là ou c’est plus compliqué, je pense pour nos consœurs nationales. Il est incroyable de voir à quel point la démocratisation de la musique enregistrée a fait naitre des tonnes de projets. A nous de faire le tri et de les relayer.

 

3 # Selon toi, est-il facile pour les groupes émergents d’être diffusés à la radio ? Comment doivent-ils s’y prendre ?

Et bien, oui, sur des radios comme la nôtre, c’est possible. Nous sommes, je dirais, relativement accessibles et je ne compte plus le nombre d’artistes dont la première diffusion radio s’est fait sur une station comme la nôtre. Comment s’y prendre, envoyer, amener à la radio des titres enregistrés. C’est mieux, bien sûr, si ils le sont correctement. Cela dit, je ne suis pas avare de conseils le cas contraire. Après il ne faut pas croire qu’on va tout diffuser, ce serait faux. Là intervient mon rôle de directeur artistique, de programmateur… Mais je veux croire que l’ensemble des radios locales associatives ont bien conscience que c’est un peu leur mission de diffuser ces artistes.

 Logo-RCR---VECTO

4 # Quels sont les critères qui te font sélectionner les titres que tu passes à l’antenne, en particulier pour les artistes émergents ?

Il est franchement difficile de définir des critères objectifs. C’est un tout. Bien sûr, il y a d’abord la qualité « artistique » du projet mais là, clairement, c’est assez subjectif. En réalité, le rôle d’un programmateur c’est de trouver « sa » patte puis d’intégrer en cohérence des titres en playlists [Une multitude de critères vont ensuite entrer en résonances, trop longs à lister ici]. Disons qu’on balaie assez largement le spectre de la musique actuelle.
En ce qui concerne les artistes émergents – c’est un peu la même chose puisque c’est réellement l’essentiel de notre programmation. Disons qu’on va toujours essayer de creuser un peu plus le projet, savoir ou il va, ne va pas, suivre ses évolutions aussi. Et définir en fonction de tout ça ce qu’on diffuse ou non. J’ai bien conscience que cette réponse est un peu évasive, mais le fait est là : c’est vraiment compliqué à expliquer.

 

5 # Quelle est la couleur musicale de RCR ? Peux tu nous donner tes coups de coeur du moment ?

La couleur musicale de Radio Campus Rennes est  » Musique(s) actuelle(s) « . Tous styles confondus – Wolrd, Rock, Electro, Hip Hop etc… C’est justement mon boulot, de faire fonctionner ça correctement. Que les titres « passent » entre eux.
Quand à mes coups de cœur, je pense écouter pas mal le dernier Marvin, Barry qui sort début Juin sur Africantape ou encore mon chouchou bidouilleur Allemand Siriusmo et son dernier album Enthusiast qui sort sur le label des Modeselektor (enfin un de leur label) Monkeytown, lui aussi début Juin. Le premier disque de The Octopus, Hard Times, des Bretons qui font dans le rock, une pointe de garage et beaucoup d’énergie. Il ne faudrait pas oublier les très classieux disques d’Americana [pour faire vite] des Rennais de Santa Cruz ou des Auvergnats de Garciaphone.  Des choses comme le nouvel (second) album d’Emika « DVA » sur Ninja Tune le 10 Juin est aussi à marquer d’une pierre blanche. Celui de Congo Natty chez Big Dada, pour ceux qui comme moi, oui ça existe, aiment encore la jungle, le reggae et le hip hop mélangés…..bref, un sacré paquet.

 

6 # Peux tu nous donnez ton avis sur les webradios : est-ce une vrai alternative pour la diffusion des nouveaux talents ? Quelles en sont les limites ?

En réalité, je pense que c’est un peu la même problématique que les radios traditionnelles. Ils existent des « grosses » Webradios qui ne diffusent pas du tout d’artistes émergents, mais également une multitudes qui elles, le font. Alors, oui, ça représente une alternative. Mais pour l’instant, il ne faut pas oublier deux choses importantes : D’une part, la plupart des stations FM sont AUSSI finalement des Webradios (dans le sens écouter la radio sur le web) – dont nous d’ailleurs. Deux, les gens écoutent en très grosse majorité la radio….dans leurs voitures, lieu dont la Webradio est plus ou moins absente. Je dirais que toute initiative tendant à faire entendre des artistes émergents est bonne, sur le web, à la radio, ou les deux. Des radios comme la notre SONT des alternatives pour les groupes émergents.  Aux même titre que les webradios qui le font.

 

Merci Mathias !
The Wiseband team.

Découvrez la compilation VIBRATIONS ELECTRIQUES N°6

Découvrez 18 jeunes talents de la scène Rennaise sur cette compilation

en téléchargement libre sur le site de RCR : cliquez sur l’image :

VbEl6

 

Radio Campus Rennes sur le web :

www.radiocampusrennes.fr
Facebook

Envoyez vos cds, eps, singles à la radio :

Radio Campus Rennes.

Programmation musicale

Place du recteur Henri Le Moal.

35043 Rennes Cedex.

Contacter la programmation de la radio : prog@radiocampusrennes.fr

 

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Tanguy

PR & Communication @ Wiseband ! Stay Tuned !

Laisser un commentaire

Partenaires

  • ITunes
  • Deezer
  • Spotify
  • Youtube
  • Sacem
  • Paypal
  • Caisse d'epargne
  • La poste
  • Netvibes
  • Yotanka

Copyright Wiseband 2016