Articles marqués avec ‘wiseband’

Wiseband : Le Teaser Vidéo

Ecrit par Tanguy sur . Publié dans Infos - Actualités

Afin de bien comprendre tout le potentiel de la plateforme Wiseband, nous avons mis en scène Jean-Luc, un artiste aux multiples facettes qui se retrouve confronté à la réalité du secteur de la musique alors qu’il aimerait sortir son album, voir devenir une rock star !

Découvrez le teaser vidéo ici :

 

Suivez nous sur notre chaine Youtube ici : WisebandMusic

Wiseband_youtube

Concours Wiseband / OÜI FM : 5ème gagnant WAITING FOR THE ROYALTIES

Ecrit par Tanguy sur . Publié dans Infos - Actualités, Partenaires

RESULTAT DU CONCOURS WISEBAND / OÜI FM

DU VENDREDI 5 JUILLET

Bandeau_Ope_OuiFm_Wiseband

Le 5ème et dernier vainqueur de notre concours est le groupe parisien punk-pop-rock WAITING FOR THE ROYALTIES

avec leur titre SPEAK UP BOY diffusé le 5 juillet sur OÜI FM dans Le BPI.

 

Bravo au groupe qui remporte également un compte Pro Wiseband et des accessoires de la marque Paul Beuscher.

 

Interview de Virgile, guitariste du groupe

– Comment avez vous entendu parlé du concours OUI FM  /WISEBAND ?

Après avoir utilisé un de nos titres pour le générique de l’Agenda Culturel de Caro, pour OUIFM, un pote de la boîte de prod (Ghislain, de COFFEE&TV, merci à toi) nous a suggéré de nous inscrire. C’est donc complètement par hasard, et non par vos campagnes de promotion.

 

– Pouvez vous nous raconter en quelques lignes l’histoire de votre groupe depuis sa formation.

Ça a commencé il y a bien longtemps, en 2006, sous le règne de myspace. C’est l’histoire d’un mec qui avait envie de jouer du rock et qui a monté un groupe en deux jours. Ensuite c’est encore allé très vite : on n’avait que quelques mois d’existence et on participé à un tremplin (Fallenfest), ce qui nous a amené jusqu’en finale (La Cigale après le Trabendo) et donné l’envie de continuer.

Par la suite, un premier changement de line-up avec l’arrivée de Claude, notre sémillante chanteuse, et pas mal de temps à chercher notre style, entre rock, pop, punk et à se rôder à la scène.

Finalement, il y a un an, notre bassiste des débuts nous a quitté pour d’autres projets. On a alors recruté Pierrick et tranché dans une direction plus garage, plus rock, plus poilue.

Difficile de faire plus court, on est l’héritage de tout ça.

 

– Comment définissez vous votre style musical ?

Du garage. Parce qu’on trouve de tout dans un garage. Un carton de vieux tubes pop, des morceaux de punk rouillés, et la réserve d’eau-de-vie de grand-papa.

 

waitingfortheroyalties

– Avez vous le projet de sortir un album ? Si oui , sous quelle forme (digitale, cd, vinyle ?)

On est surtout un groupe de live, mais c’est difficile de transmettre dans des enregistrements l’énergie de ces moments-là. Alors pour l’instant on enregistre les titres comme ils viennent, deux par deux, avec PressPlayOnTape, et on les balance sur la toile digitale de l’internet. Mais dès qu’on en aura suffisamment pour remplir une galette, on fera surement des vinyles et des cassettes hors de prix.

 

– Avez vous développé votre merchandising ?

Il faut que je demande confirmation à notre département marketing et produits dérivés, mais il me semble avoir vu passer des badges et des stickers.

 

– Comment vous y prenez vous pour vous faire connaître du public ?

On joue très fort.

 

– Quels sont vos projets dans les mois à venir ?

On a un nouvel enregistrement en préparation avec PressPlayOnTape, on est présents sur une compile qui vient de paraître, éditée par Go With My Rock, et on prépare nos prochaines scènes, parce que c’est là que ça se vit.

 

Merci Virgile,

L’équipe Wiseband.

 

RETROUVEZ WAITING FOR THE ROYALTIES  SUR LA TOILE :

waitingfortheroyalties_cover

 

 

 

 

 

 

Vendre sa musique sur Google Play avec Wiseband

Ecrit par prune sur . Publié dans Distribution digitale

 

Google Play logo 2012

 

Proposée depuis 2011 aux Etats-Unis, il aura fallu attendre plus d’un an pour que Google Play Music arrive en France et chez Wiseband.

Moyen simple de découvrir, partager, télécharger de la musique, Google Play permet aux utilisateurs d’importer leur bibliothèque musicale et de stocker gratuitement jusqu’à 20 000 titres. Le module de recherche permet également l’accès à la boutique Google Play sur laquelle il est possible de télécharger de nombreux titres et albums.

 

En ajoutant Google Play à l’offre de distribution numérique Wiseband nous vous proposons l’insertion de votre musique dans la boutique Music de Google Play, mais aussi un moyen supplémentaire et nouveau de faire découvrir votre musique au public grâce aux options proposées par la plateformes :

– Option de partage et de notation de la musique par les utilisateurs.

– Écoute facilité de votre musique grâce à son insertion directe dans la bibliothèque musicale de vos fans, un mode d’écoute online ou hors connexion et un module disponible sur de nombreux supports.

 

Comment faire partie du catalogue Google Play ?

Pour les nouvelles sorties : L’onglet « Distribution » de votre page « Produits » Wiseband vous permet d’entamer une distribution sur les plateformes numériques en cliquant sur « Distribuer un album / single sur les plateformes« . En suivant les étapes du processus de distribution vous pourrez choisir Google Play parmi les plateformes proposées par Wiseband.

Pour les albums déjà distribués par Wiseband : Il vous suffit d’aller dans la page « Produits » de votre compte Wiseband, sous l’onglet « Distribution Digitale », puis, pour l’album ou single auquel vous souhaitez ajouter Google Play cliquez dans le menu déroulant « Actions » sur « Ajouter ou supprimer des plateformes ».

 

Le délai de mise en ligne sur Google Play est de 2 à 3 semaines. 

Google Play : https://play.google.com

S’inscrire sur Wiseband : connexion

 

Interview de Patricia Téglia, attachée de presse indépendante

Ecrit par Tanguy sur . Publié dans Gestion des fans, Infos - Actualités

Wiseband fait le point sur le métier d’attaché de presse et le travail relationnel entre les artistes et les médias.

Rencontre avec Patricia Téglia, attachée de presse indépendante fondatrice de l’agence nantaise Aoura.

patricia_tegliacrédit photo : Régis Routier


1 # Peux tu nous présenter ton parcours professionnel et ton activité aujourd’hui au sein de l’agence Aoura ?

Je n’étais pas tout à fait préparée à faire ce métier, je suis vraiment autodidacte. Ce qui m’a plu c’est l’idée de développer le talent de certains artistes. J’ai commencé à une époque très différente d’aujourd’hui où il y avait peu de formation en la matière et le savoir théorique était compensé par une approche empirique… Il a fallu s’adapter aux mutations des médias et développer des réseaux. Au départ je faisais un peu de tout : promo, booking, management… puis je me suis recentrée sur les médias.

J’ai commencé réellement sur l’opération « Les Rockeurs ont du coeur » grâce à Anita Besnier. Ce projet fédérait 10 villes de France et je m’occupais des médias nationaux pour permettre, grâce à des concerts de rock,de récolter des jouets pour les enfants défavorisés. En 1993, j’ai été chargée de mission au développement de Lola Label  au sein de Trempolino à Nantes.

J’ai eu différents postes avant de monter mon agence Aoura en 2000 pour ne gérer que des relations presse avec des artistes, leurs labels, tourneurs, et même des éditeurs comme Matthieu Tessier chez Warner Chapell qui m’a fait développer des artistes comme Chat, Clarika ou Aldebert ou encore Jérôme Labory chez Source pour le projet Ours (fils d’Alain Souchon ndlr.)

Je travaille depuis 6 ans avec Julie Bataille : nous nous répartissons les types de médias et les secteurs géographiques.

 

 2 # Quelles sont, selon toi, les bases pour préparer une bonne promotion d’album ?

Même si nul n’est prophète en son pays, je dirais qu’il faut commencer par les médias de proximité : la PQR (Presse Quotidienne Régionale ndlr. ), les radios associatives, les webzines, les TV locales... Comme pour les racines d’un arbre, il est important d’avoir de bonnes fondations pour un groupe car les médias locaux sont ceux qui vont impulser le projet artistique et surtout continuer à le suivre dans son développement.

Et comme ils auront été les premiers à en parler, il est important de ne pas les oublier lors du développement du projet vers des médias nationaux. Je l’ai appris notamment avec le groupe Tri Yann, la fidélité envers les premiers soutiens en médias est très importante.

Les médias locaux sont donc indispensables et surtout à la portée des artistes régionaux contrairement aux groupes parisiens qui n’en bénéficient que très peu, à cause de la prépondérance des médias nationaux sur leur secteur géographique d’origine.

logo-aoura2


3 # Quels médias peuvent-ils être travaillés par les groupes sans avoir besoin d’être un professionnel de la communication ?

En dehors des médias locaux dont nous venons de parler, je dirais que les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Tumblr… ont leur importance pour permettre de maximiser les effets de communication. Mais ce n’est pas suffisant car relativement éphémère et cela demande beaucoup de travail d’entretien.

Un titre en playlist sur une radio locale peut durer un mois, un papier dans un journal comme Ouest-France peut déclencher l’intérêt d’autres journalistes et permettre de commencer une revue de presse. Les médias traditionnels ont un impact identique aux nouveaux médias et il faut savoir les utiliser. On peut renforcer l’effet d’une parution un magazine ou journal local, d’une interview en radio en les relayant vers les autres médias et sur les réseaux sociaux. On peut également envoyer des newsletters montrant des nouvelles parutions mais en faisant attention à ne pas en envoyer trop souvent.

 

4 # A contrario, quelle est la valeur ajoutée apportée par un vrai professionnel de la communication ?

L’attaché de presse entretient des relations personnalisées avec les journalistes et les médias. Posséder un fichier de contacts ne suffit pas, il faut savoir l’utiliser à bon escient ! Cela nécessite notamment de connaître le fonctionnement de chaque média, ses dates de bouclages etc… et d’entretenir avec les journalistes des relations régulières. Cela demande des méthodes de travail spécifiques.

L’attaché de presse n’a pas d’obligation de résultat, mais une obligation de mettre les moyens en oeuvre pour informer et faire connaitre un projet.


5 # Si un groupe veut faire appel à une agence de promotion indépendante comme la tienne, quels seront les critères qui te feront choisir de travailler ou non son projet ?

A titre personnel, c’est l’artistique qui prime et les relations avec les personnes impliquées dans le développement du projet. j’aime avoir une vue globale du développement pour maximiser mon implication. Par exemple, pour le groupe Von Pariahs qui prépare la sortie de son album pour la rentrée, il y a un véritable échange entre le manager, le label, le tourneur et la promo qui permet d’aller chercher des objectifs médias intéressants car la coordination existe.

Pour Stromae, c’est mes bonnes connaissance du réseau des festivals qui m’ont permises de travailler avec le tourneur Auguri sur la médiatisation de la création scénique aux Transmusicales de Rennes en 2010. Il fallait que les actions de chaque professionnel soient très complémentaires. J’ai par la suite travaillé sur plus d’une centaine de dates de sa tournée afin de montrer que ce n’était pas uniquement le chanteur d’un tube radio, mais un véritable artiste de scène, disponible et abordable malgré sa notoriété internationale.

 

6 # Comment se calcule le coût de la prestation promo, peux tu nous donner une idée du prix pour un groupe indépendant ?

C’est très difficile de répondre précisément à cette question. Cela dépend des objectifs que l’on se fixe, du type de médias que l’on souhaite toucher, du niveau de développement du projet sur le plan artistique et professionnel… Chaque projet est un cas unique et il faut adapter les moyens aux besoins.

Pour ma part je travaille sur une sortie d’album ou d’EP minimum trois-quatre mois avant et pour des tournées, minimum deux mois avant le début. Il faut donc discuter de chaque projet pour fixer une stratégie et y adapter un plan de communication média.

 

Un dernier message ?

Avant toute chose, je conseillerai aux artistes de travailler leur musique, de faire en sorte que cela leur plaise et qu’ils soient convaincus de leur travail avant de chercher à convaincre les autres !

 

Merci Patricia,

L’équipe Wiseband !

 

Agence Aoura : www.aoura.com

Twitter : @PatriciaTeglia

 

Copyright Wiseband 2016